5 décembre 2020
contrats à terme

Profiter des contrats à terme pour sécuriser ses opérations internationales

Si vous opérez à l’étranger ou avez une entreprise à envergure internationale, sachez que les contrats dans des devises restent à la merci des risques de change. Ces derniers peuvent provoquer une réelle baisse des résultats financiers. Il existe diverses astuces qui permettent de se mettre à l’abri de cette variation soudaine du taux de change. Toutefois, elles ne sont pas toujours avantageuses, et non moins simples à déployer. C’est pourquoi l’on se tournera vers le contrat à termes qui constitue une solution intéressante pour anticiper les taux de change. Cette alternative est souple et facile d’utilisation.

Comprendre les risques de change

Les entreprises doivent en premier lieu être conscientes de l’importance des risques de change sur leurs activités avant d’entamer la mise en place d’une quelconque stratégie de couverture. Elles doivent d’abord considérer quelques critères comme le montant des opérations. En effet, plus la transaction est importante, plus le risque est élevé en termes de pertes financières en cas de variation du taux de change. La devise étrangère devra aussi être prise en compte. Elle fera l’objet d’une étude sérieuse afin d’évaluer sa fluctuation. En dernier lieu, l’entreprise statuera la date précise de l’opération pour confirmer fermement si une perte de change est envisageable.

Comment se comporter face à un risque de change ?

En réalité, il n’y aura pas de technique unique pour se mettre à l’abri d’un risque de change. Les stratégies déployées dépendront pleinement du chef d’entreprise dans ses décisions. Si les risques sont fréquents dans la vie de l’entreprise, celui-ci pourra opter pour une couverture totale. Il adoptera par contre des mesures plus souples si les pertes sont modérées voire minimes après calculs francs. Le meilleur repère pour un dirigeant et décideurs en entreprise face au taux de change sera ainsi le ratio de risque. Ce dernier servira de référence, à utiliser pour évaluer les risques pour une transaction donnée. Le calcul devra être unique à chaque opération, pour rappel.

La couverture financière pour faire face aux risques de change

En termes de couverture financière, il y aura la couverture naturelle et la couverture financière à proprement dite à connaitre pour réaliser de bons plans et bonnes affaires. Pour la première, les transactions d’achat et de vente s’effectuent dans les mêmes devises et à même date. L’option permet ainsi de trouver un certain équilibre au niveau des opérations. La couverture financière comprend quant à elle l’utilisation d’instruments de couverture sur le marché des changes. Elle sollicite notamment les contrats à terme et les options de change. Pour information, le marché des devises fonctionne sous le régime de gré à gré. Ainsi, les transactions ne passent pas par des intermédiaires, mais directement entre l’acheteur et le vendeur. Le seul interlocuteur externe ne participant pas directement aux transactions reste le courtier de change.

Le contrat à terme

Le contrat à terme tire en quelque sorte sa définition de son origine étymologique. Sous-entendant le futur, il consiste notamment à établir un accord entre deux parties. L’objet principal sera la transaction, la vente ou l’achat d’un actif, visant à instaurer des conditions au préalable. L’un ou l’autre s’engagera ainsi à effectuer l’opération contractée dont le prix est fixé à l’avance. La date quant à elle est reportée, c’est-à-dire que la transaction n’aura pas lieu dans l’immédiat. Pour couvrir le risque de change, le contrat à terme permet ainsi de fixer une valeur en amont afin d’éviter la dévaluation soudaine puisque le taux sera fixe. À noter qu’il est possible d’établir cette entente un an à l’avance selon la directive bievre-liers.

Les raisons majeures de réaliser une couverture par des contrats à terme

Les contrats à terme sont particulièrement faciles d’utilisation. Ils anticipent les risques de change et permettent de couvrir presque l’ensemble des risques encourus. Cette stratégie est aussi très souple. Il est possible de céder les actifs et se lancer ainsi dans la transaction bien avant l’échéance du contrat. Cette mesure exceptionnelle devra cependant se faire par entente commune des deux partis, si une hausse ou une baisse est identifiée sur le marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *