6 décembre 2022

Les systèmes d’alarme, garants de la sécurité de votre domicile

Pourquoi utiliser une alarme à la maison ?

 

Que permet un système d’alarme ?

Une alarme maison est un dispositif de sécurité conçu pour protéger un domicile et ses occupants d’une éventuelle intrusion et d’un cambriolage. En effet, les appartements et les maisons qui ne disposent pas d’un système d’alarme ont 3 fois plus de risques d’être victimes d’une attaque. C’est donc un élément de sécurité efficace et dissuasif qui permet aux propriétaires et aux locataires de rester sereins face aux menaces. Les services offerts par les systèmes d’alarme sont variés. Les plus basiques signaleront une effraction simplement par un témoin sonore et/ou lumineux, tandis que les plus complexes pourront alerter les occupants même à distance et prévenir les services de sécurité et les forces de l’ordre.

Un point sur l’insécurité en France

Les faits de délinquance sont toujours nombreux en France, avec des taux globalement en hausse en 2021 par rapport à 2020 et il n’y a aucune raison de penser que 2022 est une meilleure année à cause de la situation économique et sociale actuelle très tendue. Les attaques de logements sont des actes à ne pas négliger. En 2021, on a enregistré environ 190 300 faits de cambriolage de logement, des faits qui sont particulièrement plus fréquents dans les grandes villes. Ceci justifie l’intérêt d’équiper les domiciles de systèmes d’alarme.

 

Découvrez comment fonctionne une alarme

 

La composition d’un système d’alarme varie d’un modèle à un autre. Le point commun à tous les systèmes est qu’ils contiennent obligatoirement au moins un moyen de détection de l’intrusion ou de l’effraction. Pour plus de sécurité, il est conseillé de multiplier le nombre de détecteurs et de les disposer sur chaque ouverture ainsi que sur chaque emplacement sensible de la maison. Ces capteurs ou détecteurs sont directement reliés à une alarme sonore ou lumineuse, soit reliés à une centrale d’alarme qui déclenchera une série de mesures en réponse à une attaque (appels et SMS à la police, à des agents de sécurité, aux occupants). Pour savoir comment fonctionne une alarme, nous vous invitons à lire cette page. Il existe plusieurs technologies de détecteurs possibles permettant de signaler l’effraction ou la tentative d’effraction :

  • détecteur magnétique ;
  • détecteur à contact (mécanique) ;
  • détecteur photoélectrique ou photosensible ;
  • détecteur capacitif ;
  • détecteur de vibration (piézoélectrique).

 

Le détecteur magnétique

C’est le type de détecteur le plus couramment utilisé et le plus répandu sur le marché. Il est lui-même composé d’un capteur comportant un interrupteur à lames et d’un aimant à poser en face. Le capteur se pose sur le bâti de la porte, tandis que l’aimant se pose sur le battant. Lorsque la porte est fermée, l’aimant attire la lame mobile se trouvant à l’intérieur du capteur et selon la conception de ce dernier, ferme ou ouvre un circuit électrique (on parle respectivement de contacts « normally open NO» ou « normally closed NC»). A l’inverse, lorsque la porte s’ouvre, l’aimant est éloigné de son capteur et l’interrupteur se trouvant à l’intérieur se retrouve en position ouverte si contact NO ou fermée si contact NC. Ainsi, l’ouverture de la porte est traduite en un signal électrique, lequel déclenche le signal d’alarme ou transmet l’information à une centrale qui se charge du déclenchement. C’est une technologie peu coûteuse et surtout fiable, car elle supporte des millions de cycles d’ouverture et fermeture. Par ailleurs, les interrupteurs à lames sont également utilisés dans les serrures magnétiques.

 

Le détecteur à contact

Cette technologie de capteur agit en simple interrupteur mécanique. Posé sur le bâti d’une porte ou d’une fenêtre, il ferme un circuit électrique déclenchant l’alarme lors de l’ouverture de la porte ou fenêtre. Un dispositif très simple et c’est le moins coûteux. Ce n’est cependant pas le plus efficace, car très facile à désactiver par un cambrioleur dès son entrée dans la maison.

 

Le détecteur photoélectrique passif

Pour être plus précis, il s’agit en fait d’un détecteur infrarouge passif formé par un filtre électronique et un capteur pyroélectrique. Ce dernier produit en permanence un courant électrique lorsqu’il est exposé à un rayonnement infrarouge. Cette fois, ce détecteur ne se pose pas sur la porte, mais se place de façon à orienter sa lentille vers la zone à surveiller. Les humains (et les animaux) émettant un rayonnement thermique infrarouge, le passage d’une source d’infrarouge, un intrus devant le champ de la lentille crée une variation brutale du courant produit par le module. Cette perturbation est analysée en entrée par le filtre électrique, qui donne à sa sortie un signal électrique déclenchant une alarme et/ou renseignant une centrale d’alarme.

 

Le détecteur photoélectrique actif

Il est identique au détecteur photoélectrique actif, à l’exception du fait qu’il comporte en plus une lampe infrarouge qui « éclaire » de ce rayonnement invisible toute la zone à surveiller. Ce détecteur peut alors voir tout objet, qu’il produise un rayonnement thermique ou non. Ainsi, le mouvement de tout objet éclairé par la lampe infrarouge et à portée optique du module pyroélectrique créera une modification ou une rupture du rayonnement infrarouge reçu par ce dernier, ce qui entraînera la variation du courant produit puis déclenchera l’alarme ou la centrale. Le détecteur actif a le double avantage de pouvoir signaler à la fois la présence d’un intrus et le déplacement d’un objet (chute d’un objet, déplacement d’un meuble, d’un objet décoratif…). Les détecteurs infrarouge passifs et actifs sont communément appelés « détecteurs de présence ».

 

Le détecteur capacitif

Il s’agit en fait de l’ensemble formé par un filtre électronique et une électrode chargée électro statiquement, mais également l’air ambiant qui sert de diélectrique dans le principe physique de fonctionnement du dispositif. Lorsqu’une personne traverse le champ électrique du détecteur, la différence de capacité électrique entre l’intrus et l’électrode entraîne une variation (charge ou décharge) de la capacité de cette dernière. Cette variation est ensuite traduite par le filtre en signal d’intrusion, déclenchant les signaux d’alerte.

 

Le détecteur de vibration

La piézoélectricité est la propriété d’un matériau à générer une charge électrique en réponse à une contrainte mécanique et réciproquement. Les détecteurs de vibration contiennent un matériau ayant cette propriété. Lors d’une attaque, les chocs, les bris de glace, les ondes sonores, les coups de hache et de marteau, la casse d’une porte et tous autres évènements créant une vibration ou une onde acoustique peuvent agir en tant qu’excitateurs mécaniques de différents matériaux piézoélectriques. Ainsi, les signaux créés à la suite de ces excitations sont, après amplification et adaptation, les déclencheurs de l’alarme.

 

La combinaison de plusieurs systèmes de détection

Les systèmes d’alarme les plus complets et les plus évolués utilisent en général la combinaison de plusieurs technologies de détection, associée à des moyens de vidéosurveillance. Ce sont les systèmes les plus sûrs et les plus dissuasifs en cas d’attaque.

 

Où acheter son alarme ?

 

Idéalement, il est préférable de se procurer son système d’alarme chez un spécialiste ou dans les enseignes spécialisées en alarme, sécurité et surveillance. Vous y serez guidé et conseillé et il y est même possible de concevoir une solution sur mesure et demander un devis. En outre, en magasin de bricolage, on peut généralement trouver des alarmes de porte, ainsi que divers composants électroniques pouvant servir à construire son propre système. Au rayon domotique, il est également très probable de trouver des systèmes pré-câblés ou pré-conçus et des centrales d’alarme standards ou programmables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *