5 juillet 2022
Ce que vous devez savoir lorsque vous achetez des panneaux solaires

Ce que vous devez savoir lorsque vous achetez des panneaux solaires

La compensation rend l’achat de panneaux solaires financièrement intéressant. Il est donc important de comprendre le principe de l’équilibrage. Il est donc important de comprendre le principe de la facturation nette, afin d’évaluer les offres de panneaux solaires et d’investir en connaissance de cause. En outre, le règlement sur le comptage net va changer, ce qui aura des conséquences sur les économies d’électricité attendues. Lisez la suite pour plus d’informations.

Les citations ne disent pas tout

La plupart des gens achètent des panneaux photovoltaïques pour leur avantage financier. Si les panneaux solaires sont bien placés, l’investissement est récupéré au bout de sept ans. Malheureusement, cette courte période de récupération sera bientôt dépassée. Les installateurs ne fournissent presque jamais d’informations à ce sujet dans leurs devis.

Un ménage moyen

Dans cet exemple, supposez une maison dont la consommation d’électricité est de 4 000 kWh par an. C’est la consommation moyenne de trois personnes sans voiture électrique, sauna ou chauffage de terrasse. Ce ménage achète 9 panneaux solaires qui produisent 2 700 kWh par an. À quoi ressemblera la facture énergétique ?

Consommation et alimentation

Le compteur électrique enregistre en permanence la quantité d’électricité prélevée ou renvoyée sur le réseau. Il y a un achat si vous consommez plus d’énergie que les panneaux solaires n’en produisent. Et la situation inverse signifie que vous renvoyez l’information.

La compensation sur la facture

L’énergie que vous avez consommée et celle que vous restituez figurent sur la facture annuelle que vous adressez à votre fournisseur d’énergie. Le fournisseur facture actuellement la quantité achetée moins la quantité réexpédiée. C’est ce qu’on appelle la compensation. Sur les devis de panneaux solaires, on suppose que la totalité de la production annuelle (2 700 kWh) est déduite de la consommation (4 000 kWh). Vous chargez ensuite 1 300 kWh au tarif habituel. De cette manière, l’électricité que vous produisez donne le prix que vous payez lorsque vous la consommez. Toutefois, ce calcul n’est correct que si la consommation est supérieure au tarif de rachat. Si, au cours d’une année, vous fournissez plus que vous ne recevez, un tarif différent s’applique à l’excédent. Il s’agit du tarif de rachat, qui est inférieur au tarif de sortie.

Que se passe-t-il réellement ?

En réalité, le compteur n’enregistre qu’une partie de l’électricité autoproduite. Par exemple, l’électricité autoproduite va directement à la machine à laver lorsqu’elle est allumée pendant la journée. En pratique, 1/3 de l’électricité autoproduite sort du compteur. Cela représente 900 kWh sur les 2 700 kWh de l’exemple. Le reste (1 800 kWh) est injecté dans le réseau public. Dans notre exemple, la quantité d’énergie utilisée sans panneaux solaires était de 4 000 kWh. Avec des panneaux solaires, cela représente 3 100 kWh, soit 900 kWh de moins. Après un an, le ménage facture 1 300 kWh, soit la différence entre 3 100 kWh de prélèvement et 1 800 kWh de rachat. C’est aussi exactement la différence entre les 4 000 kWh initiaux et la production annuelle de 2 700 kWh.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.